To get out of sadness


DSC_1850The past week has been extremely sad and I didn’t feel like posting anything, just praying and thinking about our beloved country and friends.

During that same week, I struggled with this tropical virus you may have already heard about : Dengue Fever. I confirm, it’s not a joy; I felt miserable and quickly so lonely and weak…but it’s nothing compared to what some people suffered around the world.

But as many have said, life has to be stronger, life and beauty has to win against death and horror, and now it’s time to recover and to struggle again for it. For all the small and big pleasures in life and among them, the joy of being together and share.

I made this beautiful taboule for a sharing salad, it’s fresh, delightful and very pleasant. It’s made in minutes and you can keep it in your fridge for a few more days if you have leftover.

Ingredients

  • bulgur
  • 2 large bunch of Italian parsley
  • some tomatoes cut very small
  • 1 red onion chopped
  • 2 Japanese cucumber cut very small
  • 1 lemon juice
  • 1/2 cup of good olive oil
  • salt/pepper

Cook the bulgur and drain, place in a large dish. DSC_1845Chop the onion, the parsley, tomatoes, cucumber. DSC_1846Juice the lemon and mix with the oil, salt and pepper and pour on top of the salad. DSC_1847Mix well and place in the fridge for at least 2 hours before serving.DSC_1848

DSC_1849La semaine dernière a été extrèmement triste et je n’avais pas la tête à poster sur ce blog, juste prier et penser à notre cher pays et nos amis.

Durant cette meme semaine,  j’ai dû combattre ce virus tropical dont vous avez peut etre deja entendu parler : la Dengue. Je confirme, ce n’est pas joyeux; je me sentais vraiment mal, seule et faible…mais ce n’est rien comparé à ce que certaines personnes vivent et souffrent de part le monde.

Mais comme beaucoup l’ont dit, la vie doit être la plus forte, la vie et la beauté doivent vaincre la mort et l’horreur, et maintenant il est temps de se remettre et de se battre de nouveau pour elle. Pour tous les plaisirs que la vie nous offre, petits et grands, et parmi eux, la joie d’être ensemble et de partager.

J’ai fait ce superbe taboulé pour un lunch à partager, c’est frais, délicieux et très agréable. Cela se fait en quelques minutes et vous pouvez le conserver au frais quelques jours s’il en reste.

Ingrédients

  • boulgour
  • 2 gros bouquets de persil
  • quelques tomates coupées en tout petits dés
  • 1 oignon rouge haché
  • 2 concombres japonais coupés en tout petits dés
  • 1 jus de citron
  • 1/2 tasse d’huile d’olive
  • sel et poivre

Cuire le boulgour et bien égoutter, placer dans un grand saladier. Hacher l’oignon, le persil, couper les tomates et les concombres. Préparer le jus de citron et le mélanger avec l’huile d’olive, le sel et poivre et verser sur la salade. Bien remuer et placer 2 heures au frais au moins avant de servir.

DSC_1850

 

Print Friendly
Ce contenu a été publié dans apero-dinatoire, Diner sans viande, entree, Lunch box, Plat principal, Vegan. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à To get out of sadness

  1. De Gaulejac Valerie dit :

    Je suis désolée de lire que tu as la dengue. Je te souhaite le rétablissement le plus prompt possible. Je ne suis pas certaine qu’avec Noel aux portes du mois prochain, tu aies vraiment la possibilité de te reposer. Mais cela me ferait plaisir que ce soit le cas.
    Quand tu iras mieux, je lancerai un thème de recherche culinaire sur lequel je travaille avec plus de médiocres succès que de grandes découvertes…Ça commence à me chauffer un peu. C’est pile poile dans ta ligne de travail, et cela implique allergies, produits laitiers, adoleschiants, post adolescents plus affamés que les troupes napoléoniennes après la Bérésina, imitations sans goût et goûts sans intérêt.
    Il y a une grande tristesse ces derniers jours, en tous les cas, je me sens rudement triste et furieusement impuissante. J’essaie de m’occuper avec de petites victoires sur le quotidien, c’est dérisoire mais cela occupe l’esprit et nourrit le sentiment du travail accompli (J’ai toujours un plaisir masochiste à cocher ma to-do list).
    Il ya la peur pour nos familles, pour l’avenir, mais il me semble aussi, la peur de cette pitoyable inhumanité. Je reste persuadée que nous sommes tous interconnectés, ces terroristes ne sortent pas de nulle part, c’est triste qu’il n’y ait pas de vrai débat à ce sujet. 1% de la population mondiale qui possède quasi toutes les richesses, le haze lié aux incendies criminels. Peut-être qu’au lieu de pointer du doigt des marionettes, on pourrait se poser les bonnes questions. Pas entendu beaucoup de voix courageuses… Sniff, sniff. Bon rétablissement

    • Aurore dit :

      Oui c’est vrai Valérie ton commentaire sonne tellement juste. Merci pour tes gentils mots qui apaisent et encouragent. Je suis a fond pour t’aider dans ton theme de recherche, nous cherchons tous des voies d’amelioration et je suis sure que nous allons finir par trouver des clés pour tenter de sortir de ce marasme ambiant. Je te suis complètement quand tu dis que nous sommes tous interconnectés, et c’est justement pour cela qu’il est important de bouger, car celui qui change fait invariablement évoluer les autres, meme un tout petit peu et dans le bon sens, par la force de l’influence discrète. Je t’embrasse fort ! Aurore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × un =